ACCUEIL Activités associatives Toute notre actualité Brèves Liens

 

Contact :

Association culturelle N'Imazighen

Bruxelles

Rédaction

 

 

Anzwum

de Moha Mallal

 

"Anzwum" (le souci) est le titre du recueil de poèmes que Moha Mallal vient
de publier au Maroc.
Regroupant 54 de ses poèmes traduits en français par Omar Akesbi, ce beau
livre de 130 pages vient enrichir la littérature amazighe écrite dans la
région et permettra sûrement de l'ouvrir sur l'universel.

Chanteur, poète, compositeur et interprète, Moha Mallal, écrit Ahmed
Haddachi dans la préface du livre "fait partie de ces jeunes chanteurs qui
ont fait naître l'amour d'un genre nouveau de chansons amazighes dans le
coeur de leur génération. Nombreux sont
ceux qui ont suivi sa trace".

Pour sa part, le traducteur de l'oeuvre, M. Omar Akesbi, artiste-peintre et
nouvelliste constate que dans plus de 60 pc de ses poèmes, Mallal
parle à la deuxième personne, et dès le premier ver, s'adressant directement
à son interlocuteur pour consoler, calmer, encourager, soutenir, apporter
espoir,
s'enquérir, quémander, se plaindre, tenir à témoin, et parfois tout
simplement pour raconter et rappeler de moindres souvenirs nostalgiques.
Dans sa poésie, Moha Mallal "a consolé son frère et sa soeur, a consolé Moh
(A Muh a Muh Yuda tallad imett'awen (1) , s'est plaint auprès de son âme
soeur qui l'a laissé en pleurs "May ran ak-id irar, adday-k zz'len
imett'awen (2) a supplié
la vieille qui sauvegarde l'histoire de lui conter le passé (A tamghart a
tenna yeh'd'an amezruy, qqis-i may zrin(3) ».
Outre le monde des humains, il s'est adressé spontanément à la fleur
(ayedjig), à l'oiseau des cieux (A yagd'id' n igenwan ikkan nnig tmizar(4),
aux séquelles du coeur (izmulen), à la vallée de Dadès à laquelle il déclare
son amour (Tarat-i s imett'awen a yasif n Dads(5), à la figue précoce et au
puit (A yanu izwan ibbey-ak ugatu (6). Moha, s'est aussi adressé à la vie
(tudert), au soleil (tafuyt) et au temps comme s'ils se tenait juste devant
lui.
Plusieurs poèmes de Mallal, écrit le traducteur, « sont des vers libres et
sans rimes. ils sont pour la plupart d'une grande concision et les vers bien
que parfois légers, sont d'une grande profondeur, des vers, dont chacun
parfois, pris part semble à lui seul résumer tout un poème, des vers qui
cachent d'autres »
Certains poèmes semblent résonner comme des hymnes, d'autres sont d'une
légéreté extrême et relatent un monde paisible (Asif n Dads, illis n yigran
(fille des champs),,
De la poèsie de Mallal émane un grand espoir, donnant un sens à ce qu'à
enduré un peuple colonisé depuis des siècles, sans toutefois ni avoir oublié
ni s'être résigné car «viendra un jour, chante Mallal, j'en ai la
prémonition, le temps basculera et nous aurons les rênes ». Notre espoir est
grand.

« Anzwum », éditions Publisud, 2006, 130 pages


Notes:
1- Assez pleuré oh Moh ! Page: 106
2- qui ce qui va te ramener quand les larmes te pourchassent ? Page: 104
3- De grâce grand-mère toi qui préserve l'histoire, raconte-moi ton vécu,
page: 40
4- Oh ! Oiseau des cieux qui survole les villages, page: 90
5- Avec des larmes tu m'as ensorcelé, page: 20
6- Oh ! Puit desséché à la corde cassée, page: 54


Lhoussain Azergui
Journaliste et auteur amazigh
www.nkerxla.blogspot.com

Agenda