ACCUEIL Activités associatives Toute notre actualité Brèves Liens

 

Contact :

Association culturelle N'Imazighen

Bruxelles

Rédaction

 

 

L'UNESCO ET LE PHILOSOPHE !

 

Une première sans précédent dans l'Histoire, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a rendu hommage au grand panarabiste considéré comme "un philosophe marocain" Mohamed Abed Al Jabiri. A l'occasion de la journée mondiale de la philosophie, en reconnaissance de « son oeuvre et sa contribution au développement de la philosophie moderne et contemporaine ». Mais qui ne connaît pas Monsieur Abid Ajabiri, un incorrigible ignorant et négateur de service attitré, de ses origines amazighes. Si vous ne connaissez pas Abid Aljabiri, sachez que c'est le grand militant pro-arabe au Maroc et en Afrique du Nord, dites-vous bien que, c'est lui le rêveur d'une "union de la grande nation arabe". Il est l'auteur de plusieurs ouvrages traitants de ses actions délibérément anti-amazigh tout en glorifiant l'arabisation et tout ce qui ressemble de près ou de loin à l'arabe. A travers ses travaux promouvant avec la science, même qui a rendu hommage à l'humanité, ce grand panarabe "philosophe" n'a jamais honte de signaler la nécessité d'éliminer tous les dialectes amazighs qui sont considérés par lui comme de grands obstacles à ses projets racistes d'arabisation du l'Afrique du Nord.

Prenons la parole, au cours de cette cérémonie, je vous invite à analyser les propos que, M. Abed Al Jabiri a avancés. D'abord il a défini le champ philosophique comme étant " l'amour de la sagesse et de la vérité qui ne peut se résumer à la simple recherche de la vérité" et il a ajouté que " si l'on ne perçoit pas l'argument de l'autre, le dialogue n'aurait pas de signification". De quelle philosophie, de quelle vérité, de quel dialogue et de quel autrui parlez-vous ? Quoique vous fassiez monsieur le nouveau leader, héritier du panarabisme, précurseur de Jamal Abdennaser, Maamer Elqeddafi et Saddam Hussein, vous ne serez jamais le digne héritier intellectuel et civilisationnel de philosophes et penseurs amazighs tels : Saint Augustin, Averroès, Ibn Khaldoun ainsi que le martyr Boujemaa Elhebbaz. Si nous nous basons sur le contenu de vos discours, contributions intellectuelles, le développement de la sagesse et celui de la raison, il est tout à fait surprenant et inquiétant même de ne rien retrouver de cette littérature dans vos positions extrêmes qui ne reflètent pas du tout le minimum raisonnable sur les droits du peuple amazigh marocain dont vous êtes le premier négateur attitré. Vos prises de positions contre la première langue d'Afrique du Nord, la culture et le peuple amazighs sont plutôt celles d'un individu haineux et complexé qui a honte de ses origines.

Avant d'être ce philosophe que cette organisation vient de consacrer, nous vous invitons, monsieur Abid Aljabiri, à être d'abord un Homme, ce genre humain attaché au respect de toutes les libertés humaines de part le monde y compris par le régime qui vous permet de vivre au dessus des moyens d'un philosophe modeste.

Le monde est à tout un chacun sans complexe d'appartenance. Celui qui maîtrise déjà les principes de diversité et spécificité que le père spirituel de la philosophie, Platon, a bien détaillé avant d'analyser profondément d'autres aspects philosophiques. Un philosophe c'est un homme possédant un esprit libre dénué de complexes, sa mission dans la vie est d'être à l'avant-garde pour attirer l'attention de la société sur les nouveaux dangers sous toutes formes la menaçant d'arriération, de totalitarisme et de dérives graves.

Le philosophe n'a jamais été victime de conduites irraisonnables issues d'une société guidée par le conflit du bien et du mal. La philosophie, monsieur Abid Aljabiri, encore moins le philosophe de part la raison n'a jamais adhéré ni soutenir un plan contre nature. De quelle vérité parlez-vous ? Est-ce la vôtre, cette vérité qui consiste à arabiser par tous les moyens un peuple qui se veut, se revendique amazigh ? Si vraiment le peuple marocain est arabe pourquoi dès lors gaspiller tant de millions, voire des milliards pour l'arabiser ? Réveillez-vous et dites non à vos maîtres, vous pouvez leur épargner beaucoup d'argent en mettant fin à cette politique digne de l'ancien colonisateur.

Peut-être que la vérité est ailleurs dans votre chef ! Vous voulez tout simplement devenir une étoile "amazighe" mais panarabiste dans le ciel oriental, celui qui mène le dernier combat perdu d'avance contre lui-même, contre son peuple pour plaire en haut lieu.

L'Histoire amazighe a souffert énormément de personnes telles que vous, cependant, telle un train la machine n'est pas prête de s'arrêter. Seriez-vous classé par les générations futures amazighes comme auteur à chercher dans la poubelle de l'Histoire, seul l'avenir nous l'apprendra.

Comment vous pouvez traiter ou parler de l'autrui si vous-même êtes en conflit permanent identitaire ?

Si vous avez bien saisi les bienfaits du dialogue comme principe, vous reconnaissez, déjà l'existence de l'autre. La découverte de l'autrui, n'est que la reconnaissance de ses droits qui engage tout philosophe libre de les porter, les revendiquer, les soutenir jusqu'à l'aboutissement concrète des objectifs.

Des penseurs et philosophes amazighs tels Ibn Rochd et Ibn Khaldoun, n'ont jamais renié leur identité, ni l'ignorer et encore moins en revendiquer une autre. Même Socrate et Platon n'ont jamais nié leur identité ni oser s'attaquer aux autres cultures et langues.

Il ne vous reste plus qu'à suivre la voie de la sagesse si pour autant elle représente encore quelque chose pour vous.

Omar Zanifi

Agenda