ACCUEIL Activités associatives Toute notre actualité Brèves Liens

 

Contact :

Association culturelle N'Imazighen

Bruxelles

Rédaction

 

 

Messages Kabyles

Ur Nettruz Ur Unkennu

Film documentaire de Nadia Dalal et Shamy Chemini
Production Sybous - Janvier 2002.
Avec Shamy Chemini, du groupe Les Abranis.

Rencontrez Shamy Chemini du 15 au 19/02/06 à Bruxelles - Foire du Livre - stand 303 "Jardin des Découvertes" : vente, dédicaces de livres et CD de contes. Présence permanente

Ce documentaire " MESSAGES KABYLES ", réalisé au cours de l'été 2001 dans la clandestinité, lui confère une grande liberté de parole. Le sujet même du film vient briser la loi du silence. Au Maghreb, la liberté d'expression n'existe pas. Les Anciens ont toujours craint de critiquer ouvertement les agents du pouvoir, contrairement à la génération d'aujourd'hui qui tient à sa liberté et affirme ouvertement sa colère face à une répression meurtrière.

Shamy Chemini, lors de son passage en décembre 2005 à Bruxelles, a répondu à quelques questions du public. Réflexions …

La misère est moins pénible au soleil

Les Algériens ne quittent par leur pays parce qu'ils n'ont pas de quoi manger. Ils quittent le pays parce qu'ils ne supportent pas le pouvoir qui lui, trouve grâce aux yeux des responsables des pays démocratiques. C'est lamentable. Le pouvoir en place n'a réussi qu'une seule chose : faire détester le pays à ses habitants. Tous veulent aller vivre ailleurs comme les décideurs et leur progéniture qui depuis l'indépendance, sont à l'étranger la plupart du temps !
Je m'adresse aux Européens qui ont un pouvoir de vote : ne votez pas pour tous ces gens qui soutiennent les dictateurs. Moins on les soutiendra, plus on se comprendra entre peuples.

Ils nous font fuir là-bas pour nous entasser dans des cités-dortoirs entre gens de condition sociale équivalente. Cela crée des tensions et ce sont toujours les mêmes qui paient. Le Mouvement Citoyen en Algérie est la conséquence de problèmes similaires à ceux des banlieues européennes.
L'autre jour, par téléphone, quelqu'un m'a demandé : "Alors, les Aarouchs sont arrivés en France ?"
Ce qui se passe actuellement est un ras le bol général face aux difficultés économiques. Les réponses politiques ne sont pas adaptées aux exigences du temps. Cela fait 42 ans que je vis en France, il n'y a pas d'antagonisme entre les gens de différents horizons, sauf quelques cas isolés. Mais qu'ils soient Arabes, Kabyles, Africains ou Portugais, quand ils ont de l'argent, ils se trouvent tous dans les mêmes quartiers pour trinquer ensemble et ils se fichent pas mal des autres. C'est la manipulation des prétendants au fauteuil qui sèment la zizanie.
Mais nous les Kabyles, nous ne nous trouvons nulle part. Si l'on dit en France : "je ne suis pas arabe…", immédiatement nous sommes accusés de racisme !

Le Mouvement Citoyen est noyauté, à son insu, comme le reste de la société algérienne ou les associations kabyles et berbères de France. Une bonne partie des délégués, font partie, en réalité, de la Sécurité Militaire, du FFS ou du RCD etc… Ils sont là pour casser, pour que la Kabylie ne se redresse pas, pour sauvegarder les intérêts de gens installés depuis 1962 et même avant (1958, Tripoli).
Il n'en demeure pas moins que jamais dans l'histoire de l'Algérie et de la Kabylie en particulier, une quelconque formation n'avait obtenu autant de choses positives que le Mouvement Citoyen et cette réalité a fait naître envies et jalousies.
Ce n'est pas le Mouvement Citoyen en lui-même qui a failli, mais à un moment donné, il s'est trouvé infiltré par la Sécurité Militaire et les divers partis politiques d'opposition.

Le public : est-ce qu'on sait quelle est l'attitude, les avis des autres Berbères par rapport à ce qui se passe en Kabylie ?

Shamy Chemini : la réaction des Algériens de moins de 35-40 ans, je précise, ainsi que des intellectuels, du nord au sud, est identique à ceux de Kabylie. Seulement, on a assassiné des jeunes à Tlemcen sans les soutenir. On a fait la même chose à Laghouat et à Ghardaïa. Ce n'est pas un problème kabylo-kabyle, loin s'en faut. Il ne faut pas croire que les autres régions n'étaient pas solidaires, ce serait injuste. Seulement, depuis l'indépendance, les régions arabophones ont perdu leur âme et leur identité.
La Kabylie a une spécificité. Du grain de sable sur la plage aux sommets du Djurdjura, la Kabylie appartient aux Kabyles. Ils ont le pouvoir de se redresser grâce à cela.
Faire le même documentaire à Tlemcen ou à Ghardaïa, n'aurait pas été possible parce que je n'aurais pas été défendu par la population.
Du petit au grand, ils étaient tous là parce qu'ils savent qu'ils défendent une cause, juste, à mon sens.
On ne peut pas faire ça à Alger, il y aurait une guerre civile, idem à Tlemcen. Dans d'autres régions, j'aurais eu de graves problèmes, mais ils ont exactement la même opinion.

Il existe une autre difficulté : on ne prend pas les jeunes en considération.
Les émeutiers (moi je préfère les appeler les révoltés), dans toute l'Algérie, ont tous compris mais il est vrai qu'il est beaucoup plus facile de s'exprimer en Kabylie. Cela a toujours été comme ça, pour la raison évoquée antérieurement. Ils n'ont pas été dépossédés totalement ni de leur terres, ni de leur identité. Ils ont eu un semblant d'indépendance puisqu'ils ont récupéré toutes leurs terres et qu'ils n'ont jamais cédé leur olivier, leur chèvre ou leur âne.

Plusieurs dirigeants dinosaures ont des problèmes de santé (un est au Val de Grâce). En admettant que ce soit la fin des dinosaures, y a-t-il une perspective politique algérienne ?

La perspective politique est à long terme.
En Algérie, nous avons un grave problème de générations mais avant tout un problème féminin. Les femmes en Kabylie, en Algérie et au Maghreb en général, sont comme les hirondelles. Certaines sortent à 5h du matin, celles qui vont faire les ménages. Ensuite, vers 8h, les secrétaires, puis les Bourgeoises qui n'ont pas vraiment d'heure pour sortir. Le soir arrive …
A partir de 17h30, les femmes commencent à s'éclipser. A 19-20h, grand maximum, il n'y a plus aucune femme dans les rues sauf dans des endroits peu recommandables.
Le pouvoir cherche à se maintenir et trouve son intérêt à encourager délinquance et prostitution qui font diversion.
Le gros problème en Algérie et au Maghreb en général, c'est la femme. L'Afrique du Nord marche sur un pied, donc elle boite. Le jour où nos femmes, nos mères, nos sœurs seront présentes dans la société comme les hommes, 50% des problèmes seront réglés.

L'autre problème est que les Kabyles eux-mêmes, à partir d'un certain âge, sont encore plus conservateurs que le FLN. Il existe trois gourdins dans la société kabyle : celui du pouvoir, celui de la personne qui tient la bourse et celui des parents qui matraquent enfants et femmes.
Donc, il faudra attendre que ces gens là disparaissent (d'aucun au Val de grâce commence à prendre le chemin). Une fois que la jeune génération (moins de 45 ans) aura remplacé celle qui est là actuellement, la lumière viendra d'elle-même. La jeune génération est plus avancée qu'on ne le croit, à travers toute l'Afrique du Nord, y compris les jeunes filles voilées qui font la même chose que les autres, mais en se cachant, par crainte du père, du frère, du mari, bref de l'homme en général !

Pour remplacer la classe dirigeante, ce sera autre chose. Tous ceux qui sont présents sur la scène politique, jeunes ou vieux, ont un problème d'héritage de mentalité. Ce n'est pas un problème de culture ou de région. Voyez les enfants de ceux qui nous gouvernent. Ils ne parlent ni l'arabe ni le kabyle, ils parlent le français ou l'anglais.
Il ne faut jamais oublier que le Président, quel qu'il soit, est le paravent des décideurs. Nous ne sommes pas dans une démocratie en Algérie, nous sommes dans une dictature militaire qui ne dit pas son nom. Ceux qui tiennent l'Algérie, ceux qui tiennent la manne pétrolière sont prêts à massacrer des millions d'Algériens pour garder leurs privilèges. Ceux qui sont au pouvoir actuellement ne sont rien. S'il leur arrive quelque chose, c'est une chaîne, un autre les remplace et tout continue. Ceux qui commandent, on ne les voit pas et on ne les verra jamais.

Le FLN, depuis l'indépendance jusqu'à 1982, n'a pas réussi à faire éclater la cellule familiale kabyle. Ce qui a fait éclater la Kabylie et l'a mise dans cette situation là, ce sont les partis politiques d'opposition. Les Kabyles ont espéré et n'ont rien obtenu. C'est le désespoir. Si vous allez dans une famille maintenant, vous allez trouver quelqu'un du FIS, du FFS, du RCD, du FLN et que sais-je encore. Ce qui n'était pas le cas dans le passé où les problèmes se réglaient dans tagmat (l'assemblée du village). Les partis politiques qui ont traité tagmat de "ringard" n'ont rien pu régler de ce qui était solutionné par tagmat.

Propos recueillis par Laurence D.

Calendrier des rencontres avec Shamy Chemini :

- du 25 au 26/02/06 Maghreb des Livres Hôtel de Ville de Paris vente, signatures livres et CD de contes le dimanche 26 février de 15h30 à 16h45, invité par l'association " Coup de Soleil "

- 01 avril 06 : Forum de la Fnac de Cergy vente, rencontre animée par Moh Cherbi, lecture, à 15h30 autour des CD de Contes kabyles bilingues, invité par " l'ACB du Val d'Oise "

- 05 avril 06 : ACB Paris 20ème soirée litt. Animée par Areski Métref . Vente,
signatures livres et CD de contes invité par " ACB Paris "


- avril 06 prévu : Genève Suisse projection, signatures livres et CD de contes

Agenda