ACCUEIL Activités associatives Toute notre actualité Brèves   Liens

 

Contact :

Association culturelle N'Imazighen

Bruxelles

Rédaction

 

 

                                                       Marche à Tubiret-Bouïra   

                                                     REPONSE DU GPK A OUYAHYA   

                                                        M.A.K. - COMMUNIQUÉ

                                                         APPEL DU 20 AVRIL 2010

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

                                                   

 

                         Marche du 12 – 01 - 2011 à 10h30

                     Tikli n Yennayer di Tuviret – Bouira

 

                        TIMANIT I TMURT N IQVAYLIYEN
             MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE DE LA KABYLIE

                        CONSEIL UNIVERSITAIRE DE TUVIRET

 

                  MARCHE POPULAIRE  A TUVIRET –  BOUIRA

                        Yennayer 2961 - 12 Janvier 2011

 

Yennayer, le jour de l’an amazigh est un attribut fondamental de l’identité des peuples amazighs d’Afrique du Nord. C’est un élément essentiel du patrimoine culturel et historique fondateur des nations amazighes qui ont essaimé dans toute l’Afrique septentrionale au cours des temps.

Marqueur indélébile de notre histoire, il est devenu aujourd’hui en Ka-bylie, le symbole de la renaissance nationale de notre peuple.

À l’occasion de Yennayer 2961, le Conseil Universitaire MAK de Tuviret appelle le peuple kabyle à prendre part à la marche qui aura lieu dans le chef-lieu de la wilaya pour :

- L’autonomie de la Kabylie.
- Une université, une école et une justice authentiquement kabyles.
- La sécurité du peuple kabyle assurée par ses propres moyens.
- La justice pour les victimes du Printemps noir.

 

                                ITINERAIRE : Université - Wilaya à 10h30

 

                     ANAVAD UÄDIL AQVAYLI

            GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE

            PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA

 

Réponse à Ahmed Ouyahia, Premier Ministre algérien

 

 « Interrogé, hier en marge de linauguration de la 43e édition de la Foire internationale dAlger, quant à sa réaction lorsquil a appris la formation de ce gouvernement « alternatif », (Le GPK), le Premier ministre sest contenté de lancer, avec un sourire plein dironie : « Ce nest que du tintamarre ! »  a rapporté EL-Watan du 3 juin 2010 dans son édition en ligne, linfo. au quotidien.

 

En 2001, Yazid Zerhouni avait traité de «voyou» le lycéen kabyle, Guermah Massinissa qui venait dêtre abattu à bout portant par un gendarme. Cet acte  déclencha la révolte du Printemps Noir en Kabylie où, quelques jours plus tard, il y avait déjà des dizaines de morts parmi les manifestants venus défendre la mémoire de la victime. Ils furent abattus par dautres gendarmes un peu partout en Kabylie.

 

En octobre 1988, interrogé sur les événements sanglants qui étaient en train de secouer le pays, un ministre algérien, Ali Ammar, avait répondu avec un sourire non moins plein dironie que « ce nest là quun chahut de gamins ! ». Plus de 500 personnes furent tuées alors, à Alger.

Du « chahut de gamins » doctobre 1988 au « tintamarre » du GPK de juin 2010, en passant par le « voyou » de 2001, le pouvoir algérien excelle dans le déni de la réalité y compris au prix de centaines de vies innocentes. Réduire la gravité dune situation à « ce nest que » pour la dédramatiser, on l'aura compris, est de lirresponsabilité.

Tout en mettant en relief linconséquence de leurs auteurs, ces formules assassines sont dabord lexpression de lincompétence que lon cherche à dissimuler derrière larrogance, la morgue et le mépris.

 

Face à laction de lALN au lendemain du 1er novembre 1954, un célèbre ministre de

lintérieur français avait déclaré : « La rébellion algérienne ne peut trouver qu'une forme terminale : la guerre ! ». Et dajouter : « LAlgérie, cest la France ! » Tout le monde connait la suite.

Ce « tintamarre » passera bientôt du sourire narquois au rire jaune. Avec le GPK, le scandale de la violence et de la répression contre la Kabylie et le peuple kabyle ne peut que connaître son épilogue par la liberté des deux.

Paris le 3 juin 2010

 

Ferhat Mehenni - Président du Gouvernement Provisoire Kabyle.

 

       

                      M.A.K. - COMMUNIQUÉ

 

Encore une fois et une fois de trop, la police de Sid Aïch continue de proférer des menaces et procède à des intimidations de nos militants. Cette fois, c’est un sous-officier originaire de la commune de Sidi Ayad, à quelques kilomètres de Sidi Aïch qui se rend coupable d'un acte d'indignité dans la ville.

 

Cet énergumène au grade de sergent qui s’appelle Benmames Abderezak s’en est pris à Nadir Chelbabi physiquement puisqu’il a porté la main sur lui sur la place publique et devant témoins.

La police de Sidi Aïch, dans l’incapacité totale à prévenir les attentats à la bombe perpétrés aux portes de la ville, pense compenser son inefficacité en s’en prenant à de paisibles citoyens et en particulier aux militants de notre Mouvement. Il a ergoté qu’il allait bientôt « s’occuper de nous », comprendre les militants du MAK.

 

M. Benmames, sachez que pas un seul militant n’a peur de vous. Par contre, maintenant que vous avez franchi le Rubicon, c’est sur vous que pèse l’opprobre des citoyens de votre propre village qui, en Kabyles qui se respectent et qui n’acceptent pas votre lâcheté, ont dénoncé vos agissements et divulgué votre identité.

 

Sachez aussi que ce n’est pas en faisant du zèle que vous monterez en grade car un traître reste traître même aux yeux de ceux qui le sous-traitent pour les basses besognes.

 

Le MAK prend acte de vos menaces et de votre agressivité et la Kabylie se souviendra de vous.

 

KABYLIE, LE 15 MAI 2010

 

 

TIMANIT ITMURT N YEQVAYLIYEN

MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE DE LA KABYLIE

30e ANNIVERSAIRE DU PRINTEMPS BERBERE

ET 9e ANNIVERSAIRE DU PRINTEMPS NOIR

APPEL A MARCHES ET GREVE GENERALE  

Le 20 avril 1980, la Kabylie s’était remise debout face au pouvoir algérien. Les effets de l’épreuve de force de 1963 étaient enfin surmontés. La terreur politique de la Sécurité Militaire, conjuguée à la répression ne pouvaient plus maintenir la Kabylie à genou. Le peuple kabyle que d’aucuns croyaient à jamais terrassé, se redressait tel un Phénix qui renait de ses cendres, vaillamment et dignement.   Au printemps 1980, la Kabylie avait dit NON ! Elle avait dit non au déni d’existence qui lui était opposé par l’Algérie. Elle avait dit non à la dictature du régime algérien. Elle avait dit non à tous ceux qui tentaient de l’humilier et de la dépersonnaliser.   Au printemps 2001, les enfants de ceux qui avaient fait 1980 prirent le relais, avec courage, bravoure et détermination. Ils ont à leur tour dit NON, de manière beaucoup plus forte que leurs parents. Ils sont au moins 127 à y avoir laissé leur vie. Nul n’a le droit de les oublier.   Le 20 avril est le cri de liberté venant des profondeurs de la Kabylie. Nous n’avons plus le droit de l’ignorer. Pour lui donner de l’ampleur, pour le crier à la face de l’Algérie et du monde entier,  

POUR LE 20 AVRIL 2010 LE MAK APPELLE

Tous les Kabyles à FAIRE DU 20 1VRIL LE JOUR DE LA LIBERTE DE LA KABYLIE

UNE GREVE GENERALE EN KABYLIE DES MARCHES A TUVRETT, VGAYET ET TIZI-UZZU  

A PARIS, UN RASSEMBLEMENT AURA LIEU A REPUBLIQUE LE 18 1VRIL A 14H

UN SIT-IN DEVANT L’AMBASSADE D’ALGERIE LE 20 AVRIL A PARIS

AU 50 RUE DE LISBONNE 75008   DES RASSEMBLEMENTS DANS DES CAPITALES OCCIDENTALES                                 

 

Kabylie : Agression contre les Chrétiens

Des adolescents de la Nouvelle-Ville de Tizi-Ouzou ont été poussés par des islamistes à agresser des chrétiens kabyles pour les empêcher de tenir leur messe hebdomadaire, samedi 26/12/2009. Cet incident dont le Ministre de la religion est le principal instigateur, relève d’une démarche officielle qui veut faire d’une pierre trois coups. -  Après avoir essayé de contenir, par la loi du 23 mars 2008, l’expansion du christianisme en Kabylie, le pouvoir intolérant de Bouteflika passe à la phase de l’instrumentalisation de la terreur et de la voyoucratie « islamistes » pour réduire cette religion, avant de l’éradiquer sur le territoire de la Kabylie. Ailleurs, elle ne gêne pas. C’est la rencontre de la Kabylie avec le christianisme qui poserait problème aux plus hautes autorités du pays, car renforçant l’occidentalophilie de celle-ci et son combat pour son autonomie régionale. -  La Kabylie renommée pour son attachement aux valeurs de tolérance, de laïcité et de respect de toutes les croyances va, désormais, être présentée comme un fief islamiste. Des moyens médiatiques colossaux seront mis au service d’une propagande par laquelle les Kabyles vont être présentés comme les plus grands intégristes du monde. Ce que le pouvoir n’a jamais réussi à obtenir par les urnes, un penchant kabyle pour l’islamisme, la manipulation de jeunes égarés va en donner l’impression. D’ailleurs, cette pratique est à mettre en parallèle avec le terrorisme qui, dans les années 90 tout en infestant toute l’Algérie était inconnu en Kabylie. Depuis le « printemps noir » de 2001, le terrorisme, miraculeusement disparu partout, se retrouve concentré en Kabylie où, pourtant, la population les rejette. L’armée qui y a renforcé ses positions se comporte comme une protectrice du terrorisme et non comme son ennemie. C’est donc la réputation de la Kabylie que le pouvoir tente de salir pour empêcher le peuple kabyle de bénéficier de la sympathie et de la solidarité internationales en cas de grande répression contre lui. C’est l’isolement international de la Kabylie qu’il est en train de tenter. Le MAK exprime sa solidarité aux chrétiens de Kabylie et de tous les pays où ils sont minoritaires. Il condamne cette agression contre laquelle les services de sécurité n’ont pas voulu intervenir. Il appelle tous les Kabyles à marcher le 12 janvier 2010 à Tizi-Ouzou et Vgayet (Bougie) pour, en plus des mots d’ordre de Yennayer en faveur de l’identité et de l’autonomie régionale kabyles, dénoncer cette agression honteuse et exprimer notre attachement à la liberté de culte. Les instances internationales sont alertées contre ces dérives qui ne manqueront pas de porter atteinte à la stabilité régionale.

M.A.K - Kabylie le 27/12/2009

 

                            MOUVEMENT CITOYEN DES AARCHS

                                          C.A.D.C  TIZI OUZOU

                             DECLARATION DE DENONCIATION

A peine inaugurée  après sa réparation, à l’occasion du double anniversaire du Printemps Amazigh 80 et du Printemps Noir 2001, la stèle dédiée aux martyrs du Printemps noir vient de subir un saccage en règle, commandité par le pouvoir mafieux et assassin et exécuté par des sbires qui ont opéré au milieu de la nuit du 22 au 23 avril 2010. Cette stèle commémorative, réalisée pourtant avec des plaques de tôle boulonnées et rivetées, a été arrachée par les quatre côtés et il n’en reste aucune trace de ses éléments constitutifs. Preuve que la sale besogne a été préméditée et confiée à des maîtres d’œuvre professionnels en destruction, sous le regard des policiers en faction.

Le Mouvement citoyen des Aârchs tout en dénonçant cette énième forfaiture commise, à la faveur de l’obscurité de la nuit par un pouvoir clandestin et discrédité, tient à prendre à témoin l’opinion nationale sur cet acte ignoble et profanateur visant la mémoire des martyrs du  Printemps Noir.

 

Il est évident que ces lâches et abjects agissements procèdent d’une velléité affichée et assumée d’en finir avec tout ce qui rappelle et appelle l’exigence de lever l’immunité et l’impunité sur les auteurs et commanditaires des assassinats des tragiques événements du Printemps Noir.

En fait, si les panneaux de cette stèle ont été arrachés et emportés, à la dérobée, c’est pour une raison très claire qui tient dans une seule petite phrase, mais qui dérange énormément : « Jugez les assassins ! » Une phrase lourde de sens qui ne finit pas d’interpeller les consciences et de rappeler la véritable nature d’un régime qui se perpétue par la violence étatique et l’impunité consacrée. En dépit des coups tordus, des tentatives d’intimidation et de l’acharnement du pouvoir mafieux à gommer de la mémoire des citoyens l’exigence du jugement des assassins, le mouvement citoyen qui en fait l’une de ses revendications cardinales ne cessera jamais de crier haut et fort et à chaque occasion « Jugez les assassins ! »

Cela étant,  dès que le constat eut été fait à la place des « Martyrs du Printemps Noir »,  une délégation du Mouvement s’est rapprochée du commissariat du centre-ville, situé au même lieu, pour dénoncer cet acte inqualifiable et demander des éclaircissements. Suite à l’information donnée par le commissariat selon quoi ce sont des ouvriers de la mairie, la délégation du mouvement a fait venir le maire en personne qui a tenu à démentir toute implication dans cette affaire. Après quoi, la délégation est allée au commissariat central où elle a porté l’affaire et a demandé que les auteurs de cette forfaiture soient démasqués. Les responsables de la police de permanence ont demandé un délai de 48 heures et suite à quoi la délégation a décidé d’y retourner  le dimanche pour avoir les résultats de l’enquête.

ULAC SMAH ULAC

JUGEZ LES ASSASSINS

LE COMBAT CONTINUE.

Tizi-Ouzou le 23 avril 2010

 

                                      Marches de YENNAYER en KABYLIE

Les structures universitaires du MAK à Vgayet et Tizi-Wezzu appellent à une action conjointe dans les deux capitales de la Kabylie.
Les slogans retenus avant l'impression de ces affiches n'a pu tenir compte de l'actualité brûlante qui a vu les chrétiens se faire agrsser le 27 décembre 2009. Le MAK ajoute donc à ses mots d'ordre contenus dans ces appels : "Oui à la liberté de culte en Kabylie"

Déclaration

Le peuple kabyle célèbre en ce 12 janvier 2010 le jour de l’an amazigh.
Cette fête populaire dont l’origine remonte à l’antiquité est commune et spécifique à toute l’Afrique du Nord.

Ni les innombrables invasions, ni les différentes colonisations et ni les pouvoirs en place qui s’y emploient assidûment n’ont pu effacer ce génotype qui nous vient du tréfonds des âges.

Le MAK est fier de réhabiliter cette fête populaire que Bouteflika et ses amis tentent vainement de gommer par une politique entendue de dépersonnalisation du peuple kabyle

À travers cette action , c’est la renaissance du peuple kabyle dans l’intégrité de ses droits qui poursuit son cheminement. Dans cette perspective, le MAK annonce à travers un communiqué officiel qui sera rendu public prochainement, le lancement de la campagne nationale pour la Généralisation de l’utilisation de la langue kabyle.

Soyons des marées humaines inexpugnables pour dire :
- Oui à l’Autonomie de la Kabylie unie et solidaire
- Oui à la réappropriation de notre véritable identité
- Halte à l’insécurité entretenue en Kabylie
- Halte au harcèlement judiciaire

MARCHE POPULAIRE DE TIZI OUZOU
UMMTO Place de  l'Ancienne Mairie
Date : 12 janvier 2010
Heure de départ : 10H30

MARCHE POPULAIRE DE VGAYET
Itinéraire : Targa Uzemmur - Wilaya
Date : 12 janvier 2010
Heure de départ : 10H30

VIVE LA KABYLIE LIBRE ET AUTONOME
VIVE LE MAK

 

                   

                                                                            

Agenda